↑ Vue d'exposition ©Tadzio
↑ Vue d'exposition ©Tadzio
↑ Vue d'exposition ©Tadzio
↑ Benoît Piéron, Strap-on I, 2024
Draps réformés des hôpitaux, lumière LED, mannequin fessier
Used hospital sheets, LED light, buttock mannequin
40 x 34 x 25 cm
©Tadzio
↑ Benoît Piéron, Cairn et Bedridders, 2024 ©Tadzio
↑ Benoît Piéron, Bedridders, 2024
Draps réformés des hôpitaux, bois, métal, gyrophares, foulards en soie
Used hospital sheets, wood, metal, rotating beacons, silk scarfs
couleurs/colors: Sarah Schrader
150 x 112 cm
©Tadzio
↑ Benoît Piéron, Cairn, 2024
Draps réformés des hôpitaux, porcelaine
Used hospital sheets, porcelain
Variable dimensions
©Tadzio
↑ Vue d'exposition ©Tadzio
↑ Benoît Piéron, 0z, 2024
Sèche main, draps réformés des hôpitaux
Hand dryers, used hospital sheets
70 x 28 x 18 cm
©Tadzio
↑ Benoît Piéron, Magic Tree (en activation), 2023 ©Tadzio
↑ Benoît Piéron, Béquille Monike, 2024
Béquille, draps réformés des hôpitaux
Crutch, used hospital sheets
138 x 63 x 47 cm
©Tadzio
↑ Benoît Piéron, Doily - split 9 patch, 2023
Patchwork en draps réformés des hôpitaux, Cadre peint
Patchwork of repurposed hospital sheets, artist's frame
Napperon : 28 x 28 cm
Cadre : 36,5 x 36,5 x 2,5 cm
©Tadzio
↑ Benoît Piéron, Les Calîns, 2024
Bac à linge, draps réformés des hôpitaux, graines de millet
Laundry bin, used hospital sheets, millet seeds
85 x 78 x 58 cm
©Tadzio
↑ Benoît Piéron, Lucie II (lampadaire), 2024
Porte-sérum, pastilles adhésives, gyrophare, foulard en soie
Serum holder, adhesive tablets, rotating beacon, silk scarf
couleurs/colors: Sarah Schrade
190 x 40 cm
©Tadzio
↑ Benoît Piéron, Lucie (lampadaire), 2024
Porte-sérum, pastilles adhésives, gyrophare, foulard en soie
Serum holder, adhesive tablets, rotating beacon, silk scarf
couleurs/colors: Sarah Schrade
190 x 40 cm
©Tadzio
↑ Benoît Piéron, Strap-on I,II et III 2024
Draps réformés des hôpitaux, lumière LED, mannequin fessier
Used hospital sheets, LED light, buttock mannequin
40 x 34 x 25 cm each
©Tadzio
↑ Benoît Piéron, Strap-on III, 2024
Draps réformés des hôpitaux, lumière LED, mannequin fessier
Used hospital sheets, LED light, buttock mannequin
40 x 34 x 25 cm
©Tadzio
↑ Benoît Piéron, Strap-on II, 2024
Draps réformés des hôpitaux, lumière LED, mannequin fessier
Used hospital sheets, LED light, buttock mannequin
40 x 34 x 25 cm
©Tadzio
↑ Benoît Piéron, Magic Tree, 2023
crayons de couleur sur mur
Colored pencils on wall
approx. 5 x 10 cm
©Tadzio
↑ Benoît Piéron, ツ - Carmilla, 2023
Patchwork en draps réformés des hôpitaux, ouate, fil
12 x 12 x 12 cm
©Tadzio
↑ Benoît Piéron, Lucie (vert) , 2024
Foulard en soie, gyrophare, socle
Silk scarf, rotating beacon, base
couleurs/colors: Sarah Schrader
57 x 25 x 25 cm
©Tadzio
↑ Benoît Piéron, Napperon II, 2023
Patchwork en draps réformés des hôpitaux, Cadre peint
Patchwork of repurposed hospital sheets, artist's frame
Napperon : 34 x 34 cm
Cadre :39 x 39 x 2,5 cm
©Tadzio

PRESS RELEASE:

La galerie Sultana accueille, du 02 mars au 20 avril, la première exposition solo du plasticien Benoît Piéron "Poudre de riz" à Paris.

Référence absolue du travail de l’artiste, les patchworks de draps d’hôpitaux verts, bleus, jaunes et roses habillent ici un mannequin Stockman réalisé à partir des mesures de son propre corps. Ni féminin ni masculin, le corps de Benoît Piéron se drape ainsi d’une peau collective pour affirmer son appartenance joyeuse au « peuple de l’hôpital ». Désormais désirables, ces draps parent aussi d’incongrus strap-on invitant à la fête plutôt qu’à la pénétration. Et à la fête à laquelle nous invite l’artiste, ce sont d’abord les rubans qui dansent, mis en mouvement par le souffle vital d’un sèche-mains.

Par sa proximité à l’enfance et aux objets qui lui sont associés, Benoit Piéron convoque le travail de Margarete Steiff, cette couturière dont la maladie a immobilisé les jambes et un bras, à qui l’on doit l’invention des peluches. Signature de l’artiste, la chauve-souris Monik, en référence à Monique Wittig et à sa pensée du corps lesbien comme corps fragmenté, dissolu, surmonte ici, pour la faire devenir jouet, une béquille d’adolescent.e.

Aux lumières des scanners qui pénètrent les corps, à celles des gyrophares policiers qui balayent la liberté, Benoît Piéron oppose le secours du cute et le soulagement de l’intimité. Recouverts de foulards imprimés d’imageries médicales ou lampes de chevet pour tête de lit, les gyrophares se changent en veilleuses et projettent sur les murs leurs ombres aussi organiques que délicates. Désormais réconfortant, le lit peut redevenir ce qu’il finit toujours par être : un navigable sur le Styx.

Car plutôt que de déplorer ses maladies « de compagnie », ces incarnations vivantes de la mort, l’artiste préfère engager le dialogue – avec elles et avec les autres. Cette conversation malicieuse et tendre s’amorce ici autour de la forêt collaborative qui invite à la promenade de santé les ami.e.s et le public de l’artiste. Le Magic Tree aux émanations asphyxiantes – et qui évoque à l’artiste la masculinité toxique par son lien avec l’automobile – se fait alors forêt enchanteresse et plurielle.

Les œuvres présentées rendent finalement compte, comme l’ensemble du travail de Benoît Piéron, d’une considération si complète pour la vie qu’elle inclut sans difficulté, et avec douceur, la possibilité de la maladie et la mort. En forçant leur inscription dans l’espace artistique, en les utilisant pour vivre, l’artiste les fait aussi côtoyer les parts les plus ingénues de nos imaginaires et de nos souvenirs.

La première monographie de Benît Piéron sera présentée prochainement au Magasin CNAC, à Grenoble.

Sophie Benard
__

From March 02 to April 20, Galerie Sultana presents "Poudre de riz", the first solo show in Paris by visual artist Benoît Piéron.

The patchwork, an integral motif in Benoît Piéron’s artistic repertoire, adorns a Stockman mannequin in hues of green, blue, yellow, and pink, fashioned from the measurements of his own body. Beyond conventional gender boundaries, Piéron’s figure becomes enveloped in a collective skin, celebrating its joyful inclusion among the «hospital people.» These once utilitarian drapes, now transformed into objects of desire, extend even to the unconventional strap-ons, inviting us not to penetrate, but to celebrate instead. Indeed, the artist extends an invitation where we are encouraged to dance freely, akin to ribbons swayed by the lively currents of air from a hand dryer.

Piéron’s proximity of childhood and its associated objects resonates with the legacy of Margarete Steiff, the seamstress whose physical limitations inspired the invention of plush toys. Drawing parallels with Steiff’s ingenuity despite her immobility, Piéron’s signature bat, Monik, pays homage to Monique Wittig’s concept of the fragmented, dissolute lesbian body. In this transformation, Monik emerges not as a symbol of fear, but as a cherished toy, akin to an adolescent’s crutch.

Against the glaring lights of invasive scanners and the oppressive flash of police sirens, Benoît Piéron offers a counterbalance by invoking a sense of «cuteness» in the relief of intimacy. Draped in scarves adorned with medical imagery, and repurposed as bedside lamps for headboards, the once harsh flashing lights transform into gentle nightlights. Their soft glow casts organic and delicate shadows on the walls, instilling a comforting ambiance. Through this transformation, the bed reclaims its essence, evolving once more into a navigable river on the Styx.

Rather than lamenting his «pet» illnesses, the artist opts to engage in a dialogue with these living embodiments of mortality. This playful yet tender conversation unfolds within the collaborative forest, encouraging the artist’s friends and audience to embark on a rejuvenating stroll. The Magic Tree, notorious for its suffocating fumes associated with toxic masculinity through its automotive connections, becomes enchanting, multifaceted forest.

The works presented here, like Benoit Piéron’s work as a whole, seamlessly embrace the realities of illness and mortality with ease and grace. By integrating these themes into artistic expression and imbuing them with vitality, the artist not only confronts them but also intertwines them with the most sincere facets of our imaginations and recollections.

Benoît Piéron’s first monograph will be presented shortly at Magasin CNAC, Grenoble.

Sophie Benard

Sultana